Le Canada reconnait le génocide congolais, en pleurer ou en rire !

Le Canada reconnait le génocide congolais, en pleurer ou en rire !

Ils peuvent carrément tuer ainsi que faire assassiner qui ils veulent et même quand et où ils le souhaitent. C’est pour créer la peur chez la proie, installer et prolonger l’état d’apathie et d’inertie. Ainsi, de l’état du chaos et du désordre instauré comme ordre, ils sauront placidement en tirer bénéfice et profit. Dans ce cas, nul ne saurait se montrer surpris que, rien que pour la durée de la soufrance, des citoyens congolais auront attendu plus de 20 ans juste pour voir s’amorcer publiquement des manœuvres, bien que sous forme des pétards , alors que le moment de leur déclenchement fut librement choisi.

La suite du scenario semble bien être connu. C’est à la Ponce-Pilate que leurs « boucs émissaires » designés sortent du terroir alors qu’au paravant un habit de Rambo, taillé sur mesure, leur fut cousu quand que ces derniers, et comme on le sait, ne furent juste que ce qu’ils étaient : des « nègres de service ». Des mains sales qui  opèrent et assurent l’exécution du projet pour le compte de celui qui se montre momentanément gracieux. Mais que dire lorsque sous l’effet d’ivresse de la drogue, de ce qui leur fut présenté comme « pouvoir », que ces nègres envoûtés se prirent pour des dieux sur terre.  J’entends encore crier, et il pourrait bien le faire, que jamais il ne saura ëtre lui un Mobutu. Et pourtant tout s’y dirige. Il en sera ainsi de Paul Kagamé et de toute sa lignée, notamment « Joseph Kabila », « Ruberwa », CNDP, M23, PPRD…. Le MLC dont le leader passe ses nuits à la Haye en sait quelque chose.

La question reste de savoir ce qu ‘il y aurait à faire face à un peuple qui se montre essoufflé,  parce que meurtri et abattu, et  qui vit dans un état persque du desspoir. Il voit tomber du ciel ce qui apparait comme de la “manne”. N’est-ce pas que dernier saura applaudir même s’il se serait avisé que ce sont ses bourreaux qui lui offrient une paix bien que passagère. Car déjà dès demain, après le coup opéré, l’esclave qui ne saura se libérer de lui-même, c’est-à-dire à partir de ses propres efforts, et en payant le prix véritable, se retrouvera avec ses larmes entre se s mains pour se rendre compte du maintien de sa condition d’esclave. Et comme je l’ai dit hier à Kinshasa à l’entrée de l’AFDL, je trouve que ce sera bien trop tard alors que le subterfuge utilisé aura déjà servi à assurer la perpétuation de l’état de la domination du maître et celui du règne de son joug.

Ici et pour clore ce petit texte, je voudrais rappeler au peuple et à la masse populaire des propos suivants, tenus en son temps par un ancêtre anglo-saxon, j’ai nommé Winston Churchill : « Vous avez voulu éviter la guerre au prix du déshonneur. Vous avez le déshonneur et vous aurez la guerre.” Alors, comprend qui peut!

Quant à moi, je trouve que chaque peuple est libre de ses choix au moment où sonne son rendez-vous avec l’histoire.

No Comments

Post A Comment