Me serais-je trompé sur des arabes et sur l’Islam ?

Me serais-je trompé sur des arabes et sur l’Islam ?

Quand je vois ces pauvres gens, tout sourire dehors et en train de se photographier avec Angela Merkel, ce en guise de remerciement, alors qu’ils abandonnent derrière eux une terre riche en pétrole et en gaz naturel, je dis que ces images questionnent mes doutes et mes convictions, formulées peut-être hâtives, sur l’Islam, qui est prise ici comme force morale à l’opposé et différent du christianisme. Je croyais que quelque chose comme l’islam et le confucianisme manquait à notre peuple face aux prédateurs de toute sorte.  Je pensais que l’Islam permettait de résister contre toute forme de souffrance humaine ou encore naturelle. C’était l’aliment qui nourrissait une certaine idée de résistance et de bravoure. Mais là, je suis réduit à revoir ou revisiter mes notes.

Mais au-delà d’être surpris et abattu, je me demande combien peuvent résister devant des mosquées qui sont détruits, des symboles religieux ou pas et sur lesquels ces pauvres gens fondaient toutes leurs convictions tombaient l’un après l’autre et sans qu’Allah ne soit d’une quelconque utilité.  Il y a de quoi perdre sa foi pour certains. Et que penser de l’Arabie Saoudite, de son peuple arabe, et du Qatar islamique qui participent à la destruction des territoires arabes, notamment la Lybie, la Syrie, l’Irak, le Yémen, etc. ?

Le confucianisme reste encore une grande école pace que ni le Vietnam, sous le feu du capitalisme et des USA, à deux reprises vainqueur et des USA et de la France, ni la Chine de Mao, détruits par le Japon avec ses alliés américains, britanniques et français, n’ont eu à présenter une telle figure de pitié, d’abandon. Même le Japon fut défait avec honneur pour ces japonais.

De quoi était fait Lumumba, de quelle trempe fut l’homme, mort et en train de dire à ses bourreaux, « Ni brutalités, ni sévices, ni tortures ne m’ont jamais amené à demander la grâce, car je préfère mourir la tête haute, la foi inébranlable et la confiance profonde dans la destinée de mon pays, plutôt que vivre dans la soumission et le mépris des principes sacrés ». Je salue la résistance de Bashar-El-Assad.

Et que dire à notre jeunesse ?

No Comments

Post A Comment