Zbigniew Brzezinski, alias ZB, et la fin de l’empire

Zbigniew Brzezinski, alias ZB, et la fin de l’empire

Un signal qui peut paraître minime mais précurseur d’une fin annoncée….

Ce penseur et stratège maison déclare, je cite : “With some exceptions, the current electoral contest is becoming for American democracy a global disgrace. “

Cette phrase, et de lui, de Brzezinski, ne pouvait si tôt être prononcée. Mais elle tombe quand même. Dès lors qu’elle n’est pas dite mais écrite. En effet, elle est publique. Elle est affichée en noir et blanc sur son compte twitter. N’est-ce pas que ce qui devait un jour arriver arriva. L’orgueil personnifié de l’Amérique avoue sa honte pour ce qui reste encore des USA.

Quand je pense que ces gens ont tué Kadhafi et ont détruit la Libye, que ces gens ont fait pendre Saddam Hussein et détruit l’Irak, et que tout ceci fut fait ou est accompli au nom de leur « démocratie », je me dis avec Luciano Canfora « quelle imposture », la démocratie occidentale.. N’est-ce pas qu’ils ont fait de la RD-Congo, la patrie de Lumumba, un non-État, bien que quelques congolais le nomment encore “République”. En Afrique et partout dans le monde, et récemment encore en Ukraine, le monde voit apparaitre une dame américaine du nom de Victoria Nuland avec son « Fuck Europa » en direct. C’est toujours au nom de cette démocratie. Laquelle finalement ?

Aujourd’hui, c’est Brzezinski, qui annonce à la face du monde que la concurrence électorale actuelle qui se déroule aux USA est une honte pour la « démocratie » américaine. Je crois que j’attendrais encore longtemps que toutes ces associations des droits de l’hommiste en Afrique produisent des documents et y dépêchent en Amérique leurs délégués pour dénoncer la grande comédie qui s’y joue et ce au grand jour. J’espère peut-être un peu trop du moment que tous ces congolais ne se gênent d’aller quémander le pouvoir-os à l’extérieur. Mais arrêtez, arrêtez, Morales ne s’est jamais rendu nulle part pour convaincre qui que ce soit pour sa Bolivie.

Soit, à chacun sa marotte ! En revanche, quelqu’un que je cite, et que je ne sais plus de qui il s’agit, avait dit un jour et ce à propos des empires : « Les empires ne commencent, ni ne terminent, à un moment spécifique. Mais ils ont une fin, et l’Occident n’a pas encore accepté que sa suprématie s’efface. […] À la fin de chaque empire, simulant une renaissance, des tribus, des armées, des organisations apparaissent et dévorent le patrimoine du super pouvoir précèdent, fréquemment depuis l’intérieur ».

Moi, je donne raison, et je rejoins sur ce point précis, Alexandre Douguine, lequel avait vu juste lorsqu’il invitait chaque à s’auto-identifier, à se réinventer soi-même pour un avenir à la fois commun et multiple. Chaque peuple a un avenir.  Les Congolais en ont un. Mais avant tout, et avec qui arrive, Kagamé devient militairement jouable en RD-Congo.

Alors, comprend qui peut…

No Comments

Post A Comment